Sur rendez-vous seulement

Prendre RDV

CONSEILLÈRE EN NUTRITION

 COACH EN ENTRAINEMENT 

COACH DE VIE

CONFÉRENCIÈRE

Tél : 514-971-0522

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • Sylvia Tremblay

L’entraînement trop c’est comme pas assez!

Trouble obsessionnel compulsif


L’entraînement , trop c’est comme pas assez!

Certaines personnes deviennent obsédées par leur condition physique, leur poids ou leurs performances athlétiques. L’exercice devient alors une « compulsion ».


Comment reconnaître le trouble obsessionnel compulsif lié à l’entraînement.

1) La dépendance

Les gens qui deviennent dépendants de l’exercice ressentent un profond malaise, beaucoup de culpabilité, d’angoisse et de honte, s’ils manquent un entraînement. Ces gens se sentent bien et on un sentiment de fierté seulement quand ils ont suffisamment fait d’entraînement et repousser leur limite à 200 %.

2) Jamais assez

Ceux-ci ont la perception qu’ils doivent toujours en faire plus et augmenter la dose, la fréquence et la durée de chaque entraînement. Ils le font de façon déraisonnable en pensant obtenir de meilleurs résultats. Malheureusement, le temps consacré à l’entraînement fait en sorte que la personne à de moins en moins de temps pour la vie normalement consacré à la famille, aux amis et, même au travail. L’isolement s’installe.

3) L’isolement

Le retrait social est le signe le plus important du trouble obsessionnel compulsif lié à l’exercice. Il est le signal d’alarme qui nous indique un grave problème. La personne ne participe plus, ou que très rarement aux réunions entre amis et à toujours une bonne excuse pour éviter d’y participer. Même les réunions de famille sont pratiquement inexistantes. La seule chose importante à leurs yeux est l’entraînement et rien ne passe avant.

4) Fatigue et blessure


On voit apparaître des signes de fatigue extrême liés au surentraînement, des blessures à répétition comme des tendinites, bursites, fractures de stress, douleurs musculaires chroniques…

5) Manque de nutriments

La majorité des gens qui tombent dans ce comportement compulsif ont par la même occasion une problématique au niveau de l’alimentation. Ils ont tellement peur de prendre 1 kilo de tissu adipeux qu’il surveille de façon maladive tout ce qu’il mange. 80 % du temps, ils ne consomment pas suffisamment de nutriments pour leur dépense énergétique et métabolique. Ce comportement amène à une dégradation musculaire importante et une baisse des performances physiques. Ces personnes deviennent irritables, voire même agressives, et une léthargie qui s’apparente à une dépression s’emparent d’eux. L’apparition d’une fatigue généralisée est inévitable et peut même se dégrader jusqu’à un affaiblissement du système immunitaire.


Quoi faire


Tout problème obsessionnel compulsif lié à l’entraînement est plus répandu qu’on ne le pense et affecte grandement la vie des personnes qui en souffrent. Il est fortement recommandé de consulter en psychologie, surtout si le trouble est accompagné d’un problème de restriction alimentaire. Le but n’est pas de stopper complètement l’entraînement, mais comprendre les effets et faire des changements au niveau du débit et de la fréquence. Il est conseillé de voir un ou une professionnelle de l’activité physique certifié pour établir un programme adapté. Une fois le comportement contrôlé, un suivi rigoureux doit être effectué jusqu’à ce que le comportement compulsif soit maîtrisé. Une fois cette condition remplie, la personnes peut reprendre progressivement son entraînement.


Je suis a votre disposition


Si vous vous reconnaissez dans cette article ou si vous connaissez quelqu'un dans cette situation, n'hésitez pas à me contacter ou à prendre rendez-vous avec moi dès maintenant. Je pourrai vous assister dans votre démarche pour retrouver de saines habitudes.

49 vues